Une bulle d’interview : Grégory Vacher de Wilogo

Les bulles d’interview sont l’occasion de recueillir les réflexions et les analyses des principaux bloggeurs ou acteurs du 2.0. Même si leurs billets quotidiens (toujours plus riches d’analyses et de nouveautés) nous donnent une idée de la manière dont ils voient cette tendance ; je vais à leur rencontre pour comprendre comment il la perçoive de manière générale…

Aujourd’hui il s’agit de Grégory Vacher connu sur le web pour avoir lancer et maintenant gérer Wilogo, créateur de logos collaboratifs. Je le remercie pour avoir accepté l’invitation d’Eric Dupin lancée dans sa propre bulle d’interview

A nous :

Bonjour, je te laisse te présenter, présenter ton blog pour ceux qui ne te connaitraient pas…

Salut, alors moi c’est Greg développeur web et l’un des concepteurs du site communautaire Wilogo. A mon compte dans le web depuis 2005, j’ai monté avec deux autres amis freelance, Arnaud et Eddy, Wiconcept, société de conception de sites web (Fuzz entre-autres) et gestionnaire de Wilogo. Comme tout bon site web2 communautaire qui se respecte, Wilogo possède sont propre blog traitant sur le thème du graphisme et des logos

Quelle définition du Web2.0 aimerais-tu voir dans le dictionnaire de 2007 ?

Bon pour résumer je dirais :
Le web2.0 : Nouvelle conception de sites web alliant esprit communautaire, couplage de technologies, mobilité, simplicité et ergonomie.

 

Comment as-tu découvert ou vu venir cette tendance ?

L’apparition du site Netvibes a été une révolution, des nouvelles techniques de développement et de chargement de page dynamique, c’est génial et surtout hyper pratique ! A mon avis c’est bien plus qu’une tendance mais une sorte de mutation (ou évolution) du web traditionnel.

 

Le Web2.0 arrive maintenant à son apogée au point que l’on trouve tout et n’importe quoi estampillé « 2.0″ ou « beta ». La bulle serait-elle, selon toi, entrain de s’essouffler ou d’éclater ?

C’est sûr, tout est prétexte pour devenir un site web2 ou une bêta qui se termine jamais (style google) ! Comme je te l’ai dit, le web2 c’est une nouvelle façon de développer et d’agencer l’information. Les sites pseudo-web2 ne durent pas longtemps…

 

Comment envisages-tu le successeur du 2.0 ? et y aura-t-il selon toi un 3.0 ?

Nouvelle technologie, donc nouvelle dénomination, mais pour l’instant il n’y a rien de révolutionnaire qui pourrait détrôner notre bon vieux web2. Le web3 est une appellation qui me fait assez rire (cf le blog JC-Attitude ).

 

Quelles seront les concepts ou technologies qui vont prendre toute leur ampleur en 2007 ?

Wilogo ! :)
La vente en ligne et toute forme de commerce online (en particulier le crowdsourcing. Ce sont les concepts qui font appel aux freelances et aux différentes compétences des internautes qui vont explose

Avant de terminer cette interview, inversons-les rôles : à toi de me poser une question à laquelle tu aimerais que je réponde !

Pourquoi utilises-tu dotclear comme plateforme de blog et combien de temps passes-tu sur le web, si c’est pas trop indiscret ?

Pourquoi DotClear ? « Pourquoi pas » pourrais-je te répondre mais je vais développer un peu car beaucoup ne comprennent pas pourquoi je suis un des (soit disant) rares bloggeurs à ne pas utiliser WordPress… En fait quand j’ai créé ce blog il y a un peu plus de 5mois maintenant, je n’étais pas habitué au monde des blogs et donc j’ai fait comme tout le monde et cherché sur Google quelle plateforme je pourrais utiliser. Connaissant pas mal le PHP, je voulais pouvoir éditer le blog à ma convenance ce qui excluait toute plateforme hébergée type Blogger ou Typepad. Il ne restait plus que le dilemme entre DotClear et WordPress… J’ai choisi DC …et je ne regrette pas ! Je viens à ce propos de migrer vers DC 2 pour plusieurs raisons dont surtout le filtre antispam efficace. Honnêtement je n’ai pas grand-chose à redire à DC et je ne pense pas migrer un jour vers WordPress comme beaucoup me l’ont conseillé. En ce qui concerne ma présence sur Internet, je suis connecté une grande partie de la journée en essayant de ne pas trop me disperser tout au long de la journée ^_^. Je suis un inconditionnel de Google Reader qui me permets de faire de la veille sur plus de 120flux et donc suivre ce qui se passe en gagnant du temps en allant à l’essentiel.

 

Je te laisse le mot de la fin si tu as quelques chose à ajouter et te remercie pour ta participation à cette bulle d’interview..

C’est moi qui te remercie, j’ajouterai juste que le web a l’heure actuelle est un très bon moyen de communication et d’interconnection des compétences. Alors libre a chacun de l’exploiter comme bon lui semble !

Découvrez aussi les sous-titres à télécharger

Télécharger les sous-titres pour The 100 saison 3. Il n'y a pas meilleur manière de trouver un sous-titre rapidement et de le télécharger rapidement.
5 Commentaires (ajouter le vôtre)
  1. Hé Hé Ben ça alors, je n’aurais jamais cru me voir cité comme exemple du web 3.0, bien que je sois déjà passé au web 4.0 :)

  2. Jean claude t’es le premier ! :)

  3. Wilogo / Martinez même combat ?

    Bonjour,

    Un blog menacé via avocats pour avoir laissé diffuser une information privée mais vérifiée et déjà connue de centaines de personnes, dont le seul tort aura été de déplaire aux concernés, ça vous rappelle rien ?

    Comme vous le découvrirez en suivant ce très instructif lien, la plateforme de logos discount Wilogo, à l’instar du désormais célèbre acteur, n’a pas hésité à lâcher à son tour son cabinet d’avocats sur le blog MarieJulien.com… exactement pour les mêmes raisons.

    Une attitude d’autant plus étonnante qu’on connait l’amitié affichée entre Wilogo et Eric Dupin de Fuzz, et leur soutien à ce dernier dans ses démêlés judiciaires avec Olivier Martinez, au nom de la liberté d’information…

    La lutte conte la censure est-elle soluble dans les intérêts personnels de Wilogo ?

    Je vous laisse juge :
    >> http://www.mariejulien.com/?post/2008/03/27/Wilogo-et-nous%3A-suite-et-presque-fin

    A+

  4. lyl

    Je souhaite voir perdurer un certain professionnalisme au sein des métiers du graphisme, que j’aime et souhaite défendre, dans la mesure de mes moyens.
    Trouvant la démarche de la plateforme Wilogo (et des chalengeurs qu’elle a fait naître dans son sillage) totalement dévalorisante et abusive, je vous enjoins à diffuser largement cette information, afin que de jeunes freelances ne tombent pas dans le panneau du travail « gratuit ».

    Qu’est ce que Wilogo ?
    Il s’agit d’une plateforme de création de logotypes à prix discount.

    Que fait Wilogo ?
    Wilogo utilise les productions graphiques (souvent peu professionnelles) de jeunes graphistes à des fins lucratives et sous couvert d’une « communauté web 2.0″. Un appel d’offre est lancé pour chaque client qui en fait la demande, une multitude de logos lui sont proposés par autant de graphistes, et seul le gagnant remporte une somme dérisoire, sur laquelle Wilogo marge à 40%. Wilogo gagne à tout les coups, les graphistes à 1 contre 50 en moyenne.

    En quoi est-ce grave ?
    Au départ contactée par les PME « de quartier », de grandes enseignes (Danone, Seesmic, Décathlon…) font désormais appel à cette plateforme, et contribuent ainsi à leurs risques et périls à promouvoir l’exploitation de jeunes graphistes inexpérimentés, tout en dévalorisant la valeur réelle du travail de graphiste. Ils achètent des logos type « web 2.0″, souvent peu réfléchis, avec force effets aqua / dégradés / ombres en tout genre, parfois à la limite de l’exploitable.

    Il s’agit d’une catastrophe en terme d’image pour notre métier.

    Je vous invite à vous rendre sur le blog de Marie et Julien, deux activistes passionnés qui œuvrent en faveur de nos métiers en osant dénoncer certains faits lorsqu’il le faut, et que Wilogo menace d’attaquer pour avoir voulu faire lumière sur leur activité.
    Je leur apporte mon total soutien, et vous laisse vous faire une idée : http://www.mariejulien.com (rubrique « derniers billets »)

    lyl

  5. pirlogo

    Contre également cette plateforme soit disant communautaire qui ne fait rien d’autre que du business sur le dos de gens prêts à bosser pour espérer gagner une misère.

© 2006-2017 Frédéric Cozic  
Propulsé par Wordpress sous licence Creative Commons