Que cache Netvibes derrière ses Univers ?

Cet article a été rédigé en co-blogging avec

 Richard Malterre
blog : tapahont.info

Le buzz tourne depuis lundi 16 avril, Tariq Krim, CEO de Netvibes, vient d’annoncer et de lancer les Univers Netvibes lors de la conférence Web2.0 à San Francisco. Beaucoup relaient l’annonce, font suivre l’info en restant toujours plus ou moins évasif sur ces Univers n’ayant pas encore assez de recul pour cerner tous les tenants et aboutissants de nouveau concept. Essayons à deux, avec Richard que je remercie de co-blogger avec moi sur ce sujet, de creuser un peu le sujet et de voir quels marchés Netvibes vise avec Universe et s’il y a un réel Businnes Model qui s’en dégage…

 

Les bases de Netvibes
Revenons tout d’abord sur les bases, les fondamentaux de Netvibes pour mieux comprendre les réelles nouveautés que Universe proposent. Netvibes a été lancé le 15 septembre 2005 avec l’objectif de proposer à ses utilisateurs un portail Web personnel composé de petits modules d’information (flux RSS…) permettant à chacun de gérer sa vie numérique. L’utilisateur peut utiliser les modules de son choix parmi la liste de ceux proposés par Netvibes directement ou choisir parmi un des nombreux modules développés par les utilisateurs eux-mêmes (l’API de Netvibes étant disponible). Voila ce que propose ce service depuis son lancement.


Qu’est-ce que Netvibes Universe ?
Première grosse nouveauté qu’apporte ce nouvel élément : Universe permettra (dans un futur très proche) à tout à chacun de créer sa page personnelle personnalisable (jusque là rien de neuf) mais publique ! C’est à dire qu’il s’agit là de pouvoir réaliser à la manière de sa page Netvibes, son propre site web personnel et public. Universe double donc les possibilités d’utilisation de Netvibes en donnant à chaque utilisateur deux pages : l’une publique et l’autre privée.
De plus, Universe s’ouvre également aux producteurs de contenus que cela soit des journaux, des artistes en leur proposant d’éditer leur propre Univers. On trouve déjà de nombreux éditeurs qui ont dès le lancement créer le leur, par exemple Le Figaro, L’équipe, Wikio ou encore le chanteur Moby.


Avec Universe, Netvibes s’ouvrent vers d’autres marché
Maintenant que l’on a vu les nouveautés qu’apportent Universe, essayons de comprendre quel impact cela va avoir sur les utilisateurs de Netvibes, quel nouveau public pourrait être intéressé par ce service et si Netvibes pourrait en dégager des revenus. Depuis le lancement la question des capacités de Netvibes a généré de l’argent est au coeur de beaucoup de débat. Si le service a trouvé un public c’est grâce à une interface claire et sans publicité, il parait donc difficile pour la société de changer cet aspect du site. Netvibes est aussi confronté à la concurrence forte de la part des principaux acteurs du web : Google et Yahoo en tête ainsi que d’autres indépendantscomme Webwag ou PageFlake par exemple. Dans cette situation, l’équipe a donc du réfléchir à ouvrir son offre en s’appuyant sur sa technologie. En observant le succès des réseaux sociaux depuis maintenant plus d’un an on comprend facilement que ce terrain peut être idéal pour développer le service et inclure éventuellement de la publicité.


Toucher le marché de Myspace

MySpace est LE réseau social le plus important du monde, les dirigeants annoncent 160 millions d’utilisateurs et 4 milliards de pages vues par mois ont peut donc facilement imaginer qu’arriver à capter quelques % de ces utilisateurs soit une bonne stratégie de développement. Un des aspects de MySpace est d’offrir aux utilisateurs de regrouper sur leur page, les vidéos, photos, musiques qu’ils aiment. Netvibes est capable de faire la même chose en y ajoutant favoris internet et les flux RSS des sites/blogs préférés de l’utilisateur. Ceci dis la valeur "sociale" de MySpace est une de ses principales forces et sur ce terrain, les Universes de Netvibes n’ont pas -pour l’instant- d’outils équivalents. Nous pouvons imaginer que des opérations de "branding" (pages de marques) peuvent être réalisées via Universe en regroupant la présence de la marque sur les divers réseaux. Universe regrouperait ainsi, les vidéos virales, les pages MySpace, Facebook… créées pour l’occasion.
Les exemples indiqués plus haut montrent comment l’outil peut être exploité, reste à savoir comment le monétiser et surtout si les annonceurs et le public seront séduits. Côté annonceurs le coût en termes de déploiement (hors commission à Netvibes) est infime, si vous avez une page Netvibes vous savez que réaliser un petit portail personnel ne prend que quelques minutes. Du côté du public, la réponse n’arrivera que dans quelques temps, il faut qu’il est vent du service, arrive à l’utiliser et y trouve quelque chose d’utile. Peut-on imaginer, une pub demain, qui indiquerait "visiter www.netvibes.com/monproduit" ?
Sans se répéter (enfin si ;-) ) c’est le public qui va juger, la seule crainte que l’on peut avoir est qu’Universe soit noyé dans l’offre très dense des réseaux sociaux par son aspect exclusivement vitrine, très loin du web2.0 et son interactivité.


Toucher le marché des gestionnaires d’identité type Ziki
Universe peut aussi être considéré comme un agrégateur d’identité numérique comme peut l’être Ziki (présenté ici ). En effet comme sur la version "privée" actuelle, l’ajout de flux RSS donc de contenu  est très simple, l’ajout de favoris internet, de notes, on peut donc imaginer que cette page puisse devenir le reflet d’une activité en ligne. Ce qui est vrai pour une marque, un artiste peut l’être aussi pour un professionnel ou un particulier. Dans une idée de vitrine personnelle, Universe parait très satisfaisant. Si par contre, nous le plaçons en face de Ziki, le bilan est moins intéressant. Même si nous mettons à part le référencement sur les moteurs de recherches, l’absence de volet social isole l’utilisateur au milieu de nulle part. En effet, le côté réseau social que l’on pourrait trouver chez Ziki, n’existe pas (encore) chez Netvibes. Universe pourrait donc satisfaire ceux qui trouvent une plateforme comme Ziki trop rigide dans la forme par rapport à leurs envies de présenter et de gérer leur identité numérique mais le nouveau service de Netvibes ne pourra pas se placer comme un réel acteur dans le marché des réseaux sociaux.


Toucher le marché de Webjam
Il y a encore un domaine où Universe peut apparaître comme un challenger : la création de pages web. En permettant l’agrégation de contenus, en jouant sur l’AJAX ou encore la gestion des flux RSS, on peut imaginer que l’outil soit utilisé pour batir des sites persos, voire des sites collaboratifs orientés co-blogging par exemple. Si ce terrain pourrait apporter la touche 2.0 à Universe, l’absence de module de création de contenu rend cette idée pour l’instant caduque. Il faut admettre que créer un widget avec un éditeur de texte et quand même relativement facile. Si l’on compare à WebJam qui est en ligne depuis des mois, ce n’est pas l’ajout de cet élément qui permettra à Universe d’arriver au niveau du projet franco-anglais. Cette option bien que réelle me parait demander un changement trop radical pour être pertinente au jour d’aujourd’hui.


Un nouveau business model derrière les Univers

Netvibes va proposer une version Business de ses Univers aux entreprises sous la forme d’une marque blanche entièrement personnalisables et payante. Cela représentera donc pour la société un nouveau moyen de rentabiliser son service en facturant directement un produit et en créant donc des rentrées d’argent rapides et directes. Une sacrée avancée pour le business model de Netvibes… Les tarifs restent encore secrets et Tariq Krim a déjà annoncé une centaine de sociétés clientes. Malheureusement, il y a encore peu de détails sur la différence entre un Univers gratuit et donc destiné aux particuliers et la version Business pour les professionnels (on parle de possibilité d’édition/personnalisation plus poussée).


Conclusion

Netvibes a beaucoup surpris avec ce nouveau service en s’ouvrant sur un ou plusieurs marchés où on ne l’attendait pas du tout. Même si la réputation de Netvibes n’est plus à faire dans son domaine de prédilection des pages privées personnalisables, il est difficile de voir comment il parviendra à trouver sa place sur ce nouveau marché. En ne proposant pour l’instant qu’un système d’invitations pour découvrir le nouveau concept et donc en fermant volontairement ce service à la manière d’un Gmail, Netvibes laisse le mystère planer. On comprend aisément que derrière tout ça, les fondateurs de Netvibes mais aussi ses investisseurs espèrent toucher un nouveau moyen de monétiser un Netvibes qui pour l’instant ne génère pas de revenu ni en publicité ni en commission sur des achats réalisés depuis le site comme l’annonçait Tariq Krim en août de l’année dernière. Personnellement, Richard et moi même restons septiques sur ce nouveau concept. Netvibes grattera petit à petit des parts de marchés grâce notamment à sa réputation maintenant incontestable et à la réalisation graphique et ergonomique remarquable de Netvibes Universe. Il sera intéressant d’avoir les premiers chiffres d’utilisation dans 6mois en les comparant à ceux de ses nouveaux principaux concurrents qui eux sont forts d’une réputation déjà établie sur leur marché. A suivre donc…

Découvrez aussi les sous-titres à télécharger

Trouver le sous-titre français pour The 100 saison 3. Il n'y a pas meilleur manière de trouver un sous-titre rapidement et de le télécharger rapidement.
11 Commentaires (ajouter le vôtre)
  1. Ce n’est pas une avancée, c’est tout simplement un début du business model … ;)

    Personne ne sait comment ils pouvaient avoir de l’argent avant Universe :p

  2. En fait, je pense qu’avant Universe ils n’en gagnaient pas ou pour ainsi dire pas beaucoup… On parle sur Internet notamment (et j’y reviens dans l’article) du business model initial qui reposait soit sur la publicité ou sponsoring de flux RSS soit sur d’éventuelles commissions perçues par Netvibes en tant qu’entremetteur entre un client Netvibes et une société de vente en ligne. Neteco en parle justement hier soir dans un article

  3. article passionnant, j’ai adoré !!

  4. C’est effectivement une diversification à partir du modèle des pages personnalisables qui permettra a NetVibes d’étendre sa toile sur Internet. Face aux nouveaux nombreux services, essayer d’agglomérer ceux-ci tout en gardant un modèle de base semble être une solution pertinente.

    Plus de détails sur : http://cdeniaud.canalblog.com/archives/2007/04/17/4653207.html

  5. Les univers vont réellement révolutionner l’approche de l’internet contrairement à ce que vous dites à la fin de votre article concernant la monétisation.

    Aujourd’hui on met sur un site des liens vers des services annexes (myspace, ziki, flickr …) : commercialement on incite le « client » ou le lecteur à sortir de notre site … on lui offre des points de sortie faciles.

    Avec les univers, tous les services annexes à votre activité sont regroupés dans une même page grâce aux onglets ou aux modules, il suffira de diriger votre domaine (monsite.com) vers votre univers et vous n’avez plus de points de sortie, tout vos services sont à un click. En plus vous autorisez le « client » à enrichir votre univers à sa convenance, et y enlever des modules, des onglets, ou au contraire en rajouter.
    Aucun autre service sur internet ne propose ça ..
    Jusqu’à aujourd’hui internet c’était des liens externes .. maintenant avec les univers tout est INTERNE.

    Une idée exceptionnelle selon moi.

    A la question : est-ce que cela va marcher ???
    réponse : quel éditeur de site n’est pas intéressait par ce service ? tout le monde. l’est … blogueurs, marques, média …

    Netvibes devient un myspace pour les pros avec des possibilités infinies

  6. Très bon billet :)

    J’avais pour ma part décris ces univers comme de véritables MySpace killer (le billet : http://www.alexandrebalmes.fr/pro/web2/netvibes-futur-myspace-killer/ ).
    Il ne manque qu’une fonction de réseau (amis Netvibes ?) et de commentaires pour réellement concurrencer MySpace (et ce n’est pas le plus dur à faire je pense)

    Pour ce qui est de Webjam :

    Les modules Netvibes ne contiennent que du code html, il est donc très facile de créer un module sur sa page Universe et de mettre un iframe dedans pour ouvrir une page distante.
    C’est d’ailleurs déjà le cas sur quelques univers de personnalités américaines.

    Avec quelques connaissances donc on peut très bien adapter son site perso et l’afficher sur Netvibes :)

    Pour Ziki :
    Je ne vois pas vraiment Netvibes rentrer dans ce créneau et ça ne leur ferais pas gagner des utilisateurs à mon avis.

    Pour fini, j’ai déjà au moins 2 clients pro qui sont fortement intéressé par ces univers et les attendent impatiemment ^^

  7. mael

    Il n’y a pas de widget Ziki pour netvibes ? Ca reglerait le problème…

  8. Je crois qu’avant ils faisaient quelques développements pour d’autres sites internet pour faire rentrer du cash …

    ça m’étonnerait pas trop vu le contexte de la création de l’entreprise

  9. Merci pour l’article, très intéressant. Une date pour le début des invitations ? :)

  10. Je ne pense pas non plus que l’identité numérique est un usage qui parlera aux utilisateurs de netvibes.

    Pour mael, il y a effectivement un widget Ziki pour netvibes.
    Il suffit de rentrer l’adresse de ton ziki avec /netvibes à la fin ;)

    exemple : http://www.ziki.com/people/jfruiz/netvibes

  11. [...] Que cache Netvibes derrière ses Univers ? [...]

© 2006-2017 Frédéric Cozic  
Propulsé par Wordpress sous licence Creative Commons