Définir le Web2.0 : 21 acteurs du web donnent leur réponse (synthèse)

Comme expliqué précédemment, la série des bulles d’interview que j’avais lancée fin 2006 est maintenant terminée et il est temps de synthétiser les réponses. Aujourd’hui, je vous propose toutes les réponses à la fameuse question que beaucoup se sont posés ou continue de se poser : Quelle définition pouvons- nous donner au Web2.0 ? En effet, ce concept ou cette notion a bientôt quatre ans maintenant et on peut donc prendre facilement le recul nécessaire pour essayer de le définir.
 

Web2.0 : une notion, un concept, une évolution, une tendance ?

Comment matérialiser quelque chose qui a touché tant de personnes sur tant de domaines différents… ce n’est pas chose facile ! Tout d’abord, je pense qu’il est important de ne pas voir le Web2.0 comme un concept isolé mais vraiment comme une évolution, une évolution du web et de ses usages… Lorsqu’Oreilly a lancé cette dénomination en 2004, il s’agissait pour lui de trouver un terme qui montre que l’économie du web repartait, se relançait après les années sombres d’après 2000.
 

Web2.0 comme une évolution des usages

Avec l’arrivée du haut débit, c’est un nouvel Internet qui s’est progressivement dessiné. En effet, les possibilités offertes sont devenues rapidement énormes comparées à celles laissées par un Internet 56k que beaucoup ont connu et pourtant déjà apprécié. Le web est dès lors devenu un véritable univers dans lequel les internautes ont cherché de plus en plus à trouver leur place. Derrière une véritable envie de se créer un moi virtuel et donc une sorte de deuxième vie, ils ont aussi voulu rapidement utiliser Internet comme un outil pour gagner du temps et les aider au quotidien. Ainsi, on ne compte plus le nombre de services gratuits qui ont fleuri et qui continuent de voir le jour au quotidien sur le web. Que cela ça soit des services généraux, des services de niche ou encore des services qui ne répondent même pas à un besoin mais qui tentent d’en créer un nouveau ; tous ces services connaissent plus ou moins de succès sur le long terme mais connaissent très souvent leur (petite) heure de gloire parce que les internautes d’aujourd’hui sont curieux et avide de ces nouveaux services.
Autre volonté claire des internautes : participer ! Le web qui n’appartient à personne, appartient dorénavant à chacun. Nombreux sont ceux qui veulent collaborer, publier, faire partager à leur entourage. Que cela soit à travers un blog, une plateforme d’échange ou un wiki, les utilisateurs consacrent clairement un nombre d’heures beaucoup plus important qu’avant au web à l’instar de leur propre vie… Certains y trouvent un vrai travail, d’autres le fond par simple plaisir ou par pure égo mais tous perçoivent le web comme un univers malléable qui grossit en permanence et où chacun essaye de créer sa place.
Enfin difficile de parler d’évolution d’usage du web sans parler de cette volonté des internautes de se regrouper : univers virtuels, réseaux sociaux, communauté de niche, etc. Là encore cela va dans l’idée d’une appropriation du web par chacun pour s’y créer une sorte de deuxième vie virtuelle avec ses propres amis, ses propres collègues et ses propres habitudes.
 

Web2.0 comme une révolution technologie

Les nouvelles technologies ont permis l’avènement du 2.0… Le web2.0 a permis des évolutions techniques considérables… On retrouve là l’histoire célèbre de l’œuf et la poule… Qui a permis quoi ? Difficile de trancher sur le sujet. Ce qui est sûr, c’est que l’évolution des technologies du web s’est faite en phase avec l’évolution des usages du web.
Beaucoup assimilent le Web2.0 à l’Ajax. Il s’agit là d’un cliché que l’on entend souvent et qui se révèle aussi faux que de dire que l’Ajax est une nouvelle technologie. Derrière l’Ajax se cache des possibilités qui existent depuis longtemps mais qui n’ont commencé à montrer leurs réelles possibilités que ces dernières années. Je ne vais pas faire un dossier sur le sujet même s’il y a tant à dire mais ce qui est important de souligner lorsque l’on parle de technologie associées au 2.0 est le formidable effort qui a été fait en termes d’ergonomie. Penser un site web avec une vision d’expérience utilisateur, incorporer la notion de webdesign dès la phase de conception fonctionnelle et non pas lorsque le site est déjà fini… Voilà une belle évolution du web, un changement permis par ces technologies et qui a fait du web un univers agréable à explorer, intuitif à utiliser !
Et le meilleur reste à venir ! Avec l’arrivée des RIA, le web va petit à petit proposer de nouvelles ergonomies, de nouvelles manières de s’en servir. Il reste beaucoup à faire mais les premiers exemples accordent tout le monde sur le potentiel énorme de telles technologies…
 

Web2.0 comme une relance économique du web

Après les années sombres post-2000, le web qui a su évoluer vers la demande des utilisateurs a évidemment créé un business sans précédent. Beaucoup encore garde en tête que travailler dans le milieu du web reste quelque chose de peu sérieux, mal payé et sans sécurité d’emploi. Il s’agit là d’une des conséquences de l’éclatement de la bulle. Mais cette bulle nous a aussi appris beaucoup de choses et le web a – en quelques sortes – appris de ses erreurs. Cette fois-ci, les succès sur le web s’affichent et le nombre d’entreprise racheté ou possédant un vrai business model continue de croitre. Derrière ce succès du 2.0, se cache en effet de véritables enjeux avec des investisseurs attentifs au marché. Même si la publicité a phagocyté le web comme tout autre média, c’est souvent grâce à elle que les premières rentrées d’argent ont pu aider les entrepreneurs à continuer à innover. La machine qui existe maintenant derrière le web a les reins solides et ne laisse plus la chance du succès au hasard.
 

Mais peut-on définir le Web2.0 ?

Cette synthèse est loin d’être exhaustive. Tout le monde essaye un jour de définir le Web2.0 : en une seule phrase ou en un dossier complet de plusieurs pages mais est-ce que quelqu’un y est déjà arrivé ? Je ne crois pas… Je ne sais même pas si le Web2.0 peut se définir… après tout c’est quelque chose que l’on vit, qui représente pour certains leur quotidien. Chacun utilise cette notion de Web2 .0 à sa manière, chacun l’invente au quotidien. SI le Web2.0 est le web contrôlé par les internautes, je dirai même qu’il existe autant de Web2.0 et de manière de percevoir et d’utiliser le web que d’internautes… c’est aussi ça la magie du 2.0.
 

Les réponses de 21 acteurs du web :

(survoler une photo pour voir la réponse et cliquer sur un nom pour accéder à l’interview complète)

Philippe Lagane
Richard Malterre
Thierry Bézier
Stéphane Guerin
Benoît Descary
Ouriel Ohayon
Vincent Abry
Jerôme (Nioumedia.com)
Ronan

Vanina Delobelle
Laurent Bervas
Mathilde Le Rouzic
Cédric Motte

Henri Labarre
Cédric Giorgi
Alexandre Balmes
Eric Dupin
Grégory Vacher
Daniel Broche
Benoît Chopin

Jean François Ruiz
   

Découvrez aussi les sous-titres à télécharger

Trouver le sous-titre pour The 100 saison 3. La meilleur solution pour découvrir de nouveaux épisodes d'une série TV et les sous-titres associés.
6 Commentaires (ajouter le vôtre)
  1. Article fourni par newscooker.fr

    On tente de définir le web 2.0 et cela semble difficile et périlleux, les explications techniques ne suffisent pas à expliquer ce phénomène appelé « web 2.0″

    Y a -t-il eu ces derniers temps une évolution des moeurs sur Internet? Oui, alors appelons la Web 2.0 pour quoi pas, la n’est pas le problème finalement.

    En fait l’explication est plutôt sociologique et technique.

    Technique: Internet offre maintenant la possibilité de donner son opinion sur tous types de sujets grâce au déplacement d’une partie du back end: voir l’excellent shéma fourni par aysoon.fr

    Sociologique: L’internaute, conscient d’ingérer des informations souvent manipulées sciement ou non par les journalistes, tend à vouloir donner un peu de vérité aux contenus qui lui sont exposés: vrai, faux, info tronquée, coupée: l’Homme est en quête de plus de vérité.

    La définition Newscooker.fr: le web 1.0 est au cinéma ce que le web 2.0 est au jeu vidéo à une nuance près: on ne modifie pas la vérité mais on joue sur les évènements explicatifs d’un phénomène ( ça ne serait pas ce que je suis en train de faire la?)

    En d’autres termes: l’internaute intervient sur le scénario deja ficelé, il le démonte, l’améliore ou le propulse à l’état de vérité, il cherche à expliquer le scénario en établissant sa justice à la différence près qu’on utilise aussi les évènements comme défouloir, sans checher à modifier les faits.

    Prenons l’exemple d’un jeu de foot et comparons cela à un match diffusé en télévision: admettons que je ne suis pas d’accord avec le fait que l’on perde face à l’italie en finale, que cela n’est pas normal: entre mes mains, la manette j’utilise, et sur un doublé je les défrise, que voulez vous que je vous dise?

    C’était ça ma vision de la justice pour cette finale de coupe du monde! Malheureusement, les faits étaient bien là: zidane a claqué un coup de tête et on a perdu voila la vérité: il a manqué la bonne explication: Domenech est responsable et finaliste malgré lui, pour moi Zidane voulait balancer un coup de tête mais certainement à Domenech, et non pas à Materazzi, il était hors de lui et ne supportait plus cet entraineur, 24h/24 avec lui pendant un mois, puis, la pression aidant, il a craqué.

    D’autres estimeront que cette vérité n’est pas la bonne et l’exprimeront autrement, c’est ça le web 2.0!

    Au final, le traitement de l’information est différent grâce à cette évolution sociologique, j’écris donc j’existe, je ne renie pas les faits mais trouve une explication autre que celle fournie par l’etablishment.

    C’était la petite chronique de David sur Newscooker.fr

  2. Sympa ce billet ! Ça demande réflexion. Tôt ou tard j’y ferai référence, c’est clair !
    Jean-Marie

  3. Le Web 2.0 est bien une réalité, que d’évolutions technologiques! Si les contours sont en évolution c’est qu’il ne cesse d’évoluer et de s’étendre à mon sens. Quels effets pour les professionnels? Venez échanger vos idées sur mon blog.

  4. KARIM NASFI

    Moi je vois le web 2.0 comme une opportunité commerciale pour faire changer les détenteurs de site web désuetes et non rémunérateurs et qui aura pour missions de voir l’objet de toutes ses coutures ,part exemple un hôtel en tunisie:sera vu dans tous ses coins et recoins,on pourrait assister en live au soirée d’animations organisées et le derniers groupe qui est venu pour les vacances de paques donnerait son avis sur les prestations et s’il promet d’y revenir une prochaine fois,car le visuel ne suffit pas il faut aussi assurer le crm, non?.

  5. KARIM NASFI

    Je compte ouvrire un site en web 2.0 destiné à la formation sur les nouvelles TIC en Tunisie et qui serait accessible par internet sur le maghreb arabe et l’europe, si vous etes intéresses click click 2.0

  6. Bonjour, je trouve ce billet intéressant.
    Je rédige actuellement un mémoire de recherche sur des questions proches.
    Je publie l’avancer de mes réflexions sur mon blog. Pour ceux qui veulent aller plus loin voici l’adresse :
    http://site-communautaire.blogspot.com/

© 2006-2017 Frédéric Cozic  
Propulsé par Wordpress sous licence Creative Commons